CONGRÈS INTERNATIONAL DE L’ARGANIER
L’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA) en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et l’Institut National de Recherche Agronomique, a organisé du 15 au 17 décembre 2011 à Agadir, le premier congrès international sur l’arganier sous le thème : « Acquis et perspectives de la recherche scientifique sur l’arganier».
L’objectif du congrès est le partage des connaissances scientifiques et techniques entre les chercheurs nationaux et internationaux, les gestionnaires forestiers, les acteurs économiques et les utilisateurs ; dans le but de contribuer à la consolidation d’un plan d’action visant le développement de la filière de l’arganier sur des bases scientifiques solides.
Afin de concrétiser ces objectifs, le Congrès a traité le sujet sous quatre axes principaux :

  • L’Arganier et l’écosystème de l’arganier
  • Itinéraires techniques de l’arganier
  • La valorisation des produits de l’écosystème arganeraie
  • Structure et fonctionnement de l’écosystème

Ce Congrès International a permis de dégager des recommandations pertinentes qui s’intéressent généralement à la préservation da la biosphère de l’arganier et la valorisation de la filière d’Argane en encourageant la recherche scientifique dans ce domaine :
La création d’un pôle de la recherche sur l’arganier et sur les écosystèmes a été proposée pour assurer une meilleure coordination entre les différents partenaires.

  • La création des labos de culture in vitro.
  • Les connaissances sur les techniques avancées sont fragmentaires et nécessitent une intégration et des compléments pour améliorer le référentiel technique à adopter sur le terrain.
  • La création d’un réseau d’experts sur la qualité des produits de l’arganier.
  • La mise au point d’un kit rapide de détection de l’adultération de l’Huile d’argane.
  • Le Transfert de l’information scientifique aux intervenants de la filière, notamment quant à l’impact de l’adultération de l’huile d’argane.
  • L’amplification des études cliniques de l’Huile d’argane sur les pathologies cardiovasculaires à un plus large panel pour une meilleure significativité.
  • La mise en place d’étude type Cout/Bénéfice mettant en évidence l’importance socioéconomique, sensorielle et habitudes alimentaires impliquant une sélection variétale garantissant une durabilité de la production concurrentielle.

La recherche scientifique constitue donc, le socle du développement durable, à fortiori pour l’arganier, cet arbre endémique qui incarne une riche histoire, une culture bien enracinée, une civilisation ancestrale et une écologie particulière défiant la sécheresse et la désertification.